Archives de catégorie : Visuel

Extérieur

En cette période de confinement, puisons dans les archives, puisons dans les souvenirs, passons enfin ces heures sans cesse repoussées, à la sauvegarde et l’effeuilletage (rencontre de l’effeuillage et du feuilletage) des photos et photos et photos, prises, ratées, évocatrices ou utilitaires.

Dans cette somme numérique, quelques clichés refont alors surface, des vues de l’extérieur, des saisons et de l’architecture.

Notez le coeur gravé, tout en haut de l’immeuble, peut-être vous fera-t-il sourire. Moi oui.

Tour de jardin comme tour d’horizon

Ayant longtemps habité dans de petits espaces parisiens, avec mini balcon ou sans balcon du tout, j’ai pleinement conscience de ma chance d’avoir, comme tour d’horizon, un tour de jardin.

Supporter l’enfermement et le caractère obligatoire du confinement relève sans nul doute de ces choses très relatives, fonction de son caractère, de son mode de vie, de ses expériences et certainement d’autres pans plus ou moins conscients. Pour exemple, un doctorant studieux ou un docteur / chercheur ne sont-ils pas déjà préparés à cette sorte d’enfermement mental et physique du travail de recherche, rivés aux livres et à l’écran d’ordinateur, poursuivis même pendant les quelques temps d’aération par le sujet de thèse, le plan du travail, les références à lire, … ?

De même, tous les gens ayant connu une longue phase d’hospitalisation n’ont-ils pas déjà été confrontés à cette immobilisation forcée, endurcie par un état de santé problématique ?

Ces formes peuvent toutefois autant conduire à être assez indifférent au confinement ou au contraire provoquer son rejet.

De mon côté, sans aucun doute, mes grossesses m’ont préparée. La vie d’une femme en grossesse pathologique est une vie extrêmement ralentie, assez peu sociale ma foi quand ordre est donné de rester allongée toute la journée, qui plus est de préférence en décubitus latéral. Ou encore quand les malaises forcent de toute façon à s’aliter.

Ce confinement, c’est juste six semaines de plus ou de moins. Quelques bémols.

L’accès aux soins non vitaux mais qui seraient les bienvenus s’en trouve compliqué : kiné, osthéo, orl. Les rendez-vous de suivi de grossesse prennent des allures d’expédition : masque, ne pas croiser les gens de trop près, guichet d’accueil spécial, pas d’accompagnant mais passer à travers les futurs pères agglutinés juste devant les portes d’entrée, en voir de mauvaise foi en salle d’attente, qui prétextant que leur femme ne peut pas conduire, vont avec elle, jusque sur les sièges piètreusement espacés d’une salle d’attente de toute manière bien spatialement restreinte. Voir le médecin masqué, pour qui le port du masque semble encore davantage conduire à écourter les échanges.

Et puis, les courses, la fameuse question des courses. Pour des raisons physiques, être passée aux courses en ligne depuis un certain temps et avoir pris l’habitude de tout trouver et d’être livrée à j+1. Découvrir qu’il faut s’y prendre désormais 10 jours à l’avance. Au moins. Le temps de s’adapter, faire le point sur le contenu du frigo, du congélateur et des placards, compter ses oeufs, se dire que c’est fichu pour faire le gâteau avec le fils cette semaine-ci, retrouver de vieilles conserves encore mangeables et qui seront enfin mangées.

Bref, pas de drame du confinement ici même si assurer la continuité pédagogique, et même pour un enfant en maternelle, n’est pas toujours de tout repos.

Formes et lignes

« Qu’il fasse beau, qu’il fasse laid », aurait dit Diderot, imposons-nous ne serait-ce que quelques minutes de promenade, pour commencer la journée dans un rythme concentré et vivifié.

Certains courent, cela n’a rien à voir, contentons-nous d’une marche qui permet de forcer corps et pensée à se réaligner. Appelons cela une promènerie. Minutes prolongées, instant présent, acceptons les gouttes quand il y en aura – il y en a déjà eu. Dans une promènerie, quelques pas suffisent, question de qualité. S’arrêter sur l’impression, regarder.